Archives – Stratégie MT 20/06/2011

au 20/06/2011: A la mi 2011, les déceptions sur les indicateurs économiques américains, les questions soulevées par l’arrêt du QE2, la fin de la période de publication de résultats, la question de l’effet du resserrement monétaire en cours en Chine et dans d’autres pays émergents ainsi que l’absence de visibilité et de coordination sur la question des dettes européennes laissent penser que le deuxième semestre – ou en tous cas la période estivale – s’annonce plus délicat pour les marchés actions. Le déficit primaire de la Grèce, c’est-à-dire avant paiement des intérêts, est un handicap majeur dans l’obtention d’une solution structurelle. Retrouver un équilibre primaire sur la dette semble un préalable à une restructuration. Il est probable que l’Europe sacrifie sa croissance en 2011 pour aider la Grèce et peut-être d’autres pays ultérieurement. La tendance sur l’euro est désormais haussière sur le LT,  suite aux divergences de politiques monétaires entre les USA et l’Europe. Cette hausse du pouvoir d’achat pour les européens pourrait se faire au détriment de la performance des marchés actions de la région. A moins d’une solution structurelle sur la question des dettes souveraines, les indices européens offrent probablement moins d’upside que les indices américains.  Cependant un mouvement de hausse du S&P s’accompagnerait d’une baisse plus marquée du dollar, atténuant l’intérêt que présente le marché américain pour un investisseur européen

La croissance US est attendue aux alentours de 2.8% (certains prédisent 3.2%), ce qui est inférieur aux rebonds traditionnels d’un point de vue statistique. Ce niveau de croissance est insuffisant pour inverser la courbe du chômage. La reprise devrait donc être modérée, encore, en 2011. Les analystes s’attendent à une épargne US en hausse, et voient peu d’amélioration sur l’immobilier et le logement. La situation macro-économique US est fragile.

En revanche, la santé des entreprises est globalement bonne et le niveau de cash haut. La situation micro-économique est satisfaisante. A la mi-2011, la question est de savoir si le pic de profits a été atteint, ce qui semble crédible. A noter que l’écart d’anticipation entre les actions et les obligations est majeur: ces deux marchés anticipent un scénario différent. Les anticipations du marché obligataires sont historiquement plus fiables.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: