L’explosion universelle de Shanghai

  La Tribune – 15/03/10 – Marc Fiorentino

Plus que quelques semaines à tenir. L’exposition universelle de Shanghai s’ouvre le 1er mai et se termine le 31 octobre. Ce sera l’occasion, la dernière, pour le régime communiste de Pékin de faire une grande démonstration de puissance digne des plus belles heures du régime de Mao ou de l’époque de l’URSS. Une fois les pavillons démontés, les touristes partis et les caméras éteintes, la bulle pourra enfin exploser. Car ce qui se passe en Chine aujourd’hui a toutes les caractéristiques de la bulle parfaite et c’est un spécialiste obsessionnel qui vous parle. Une vraie bulle, presque plus belle que la bulle Internet de 2000 ou que la bulle immobilière américaine de 2007. Explications et petit retour en arrière. En 2008, les Etats-Unis explosent et entraînent le monde dans la tourmente. Le commerce international chute de façon brutale pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale. Et la Chine, dont la croissance est à l’époque exclusivement ou presque portée par les exportations, doit entrer en récession. Mais entrer en récession pour un pays où la croissance est devenue LE dogme, c’est impossible. C’est inacceptable. C’est contre-révolutionnaire. C’est de l’anticommunisme primaire. Il faut donc tout faire pour éviter que la croissance passe en dessous des sacro-saints 8%.

 La Chine se lance alors dans un plan de relance massif. Dont le coût réel est bien supérieur aux 800 milliards de dollars annoncés. Comme on ne peut pas relancer les exportations si les pays importateurs ne consomment plus, comme on ne peut pas pousser une demande intérieure qui, contrairement aux fantasmes des économistes de la sinobéatitude, ne décolle pas vraiment, on va faire de l’investissement à tour de bras. Il faut construire. N’importe quoi mais construire. Des immeubles. Des usines, alors que le pays est déjà en surproductivité. Des villes nouvelles que personne n’habite et n’habitera. Des ponts, des routes, des grands projets. N’importe quoi, pourvu que cela permette de faire remonter la croissance. Pour financer ce boom, le gouvernement oblige les banques chinoises à prêter aux régions ou aux industriels sans regarder les bilans ni la capacité de remboursement. C’est un devoir. Un acte de patriotisme. Il faut sauver la croissance pour sauver la face. Pour éviter l’explosion sociale. Pour continuer à conquérir des pays producteurs de matières premières en leur faisant croire qu’on est toujours plus fort. Et pour alimenter les chroniques des économistes qui s’émerveillent du miracle chinois, sans avoir jamais dépassé l’enceinte de leur hôtel de luxe à Shanghai (quand ils ont fait l’effort de se déplacer sur place).

 Résultat : la croissance remonte. Elle explose même. Mais elle provoque dans son sillage toutes les dérives de la surchauffe. On met en vente un magnifique duplex à Shanghai dans le quartier financier à 45 millions de dollars et les acheteurs se pressent, les masses monétaires explosent, les encours de crédit dérapent, tous des subprimes bien sûr, et la bulle est enfin parée de ses plus beaux atours.

 La Chine de 2010 ressemble comme deux gouttes de thé aux Etats-Unis de 2007. Quelle ironie pour ces deux pays qui sont redevenus officiellement ennemis depuis quelques semaines ! Et en plus, maintenant que l’économie mondiale repart un peu, les exportations explosent de 50% en un an et alimentent à leur tour l’emballement. La panique commence à gagner les rangs des autorités chinoises qui ne peuvent rien faire. Elles veulent remonter les taux mais, pour que ce soit efficace, il faudrait les remonter de 3% à 4%, ce qui provoquerait un krach boursier et surtout une pression à la hausse du yuan, que la Chine n’est prête à réévaluer que de 5% à 6% au grand maximum. Il n’y a donc plus d’autre issue qu’une belle explosion de bulle. C’est juste une question de temps. Pour le gouvernement chinois, il faudra tenir jusqu’au 31 octobre et pourtant octobre est un si beau mois pour les krachs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :