Education : le virage socialiste

Les Echos – 19/10/2010

En plein mouvement social, le sujet risque de passer inaperçu. Pourtant, le nouveau projet du PS sur l’éducation traduit une révolution copernicienne sur un sujet emblématique de la gauche. Rédigé par Bruno Julliard, l’ancien meneur de la contestation contre le CPE, et dévoilé dans « Le Monde », ce texte doit être adopté en décembre par les militants socialistes. Mais si les principales dispositions en sont retenues, le tournant sera de taille. A la mesure de celui opéré sur la sécurité sous la pression des élus locaux.

« L’ancienne carte scolaire ne garantissait pas la mixité scolaire », reconnaît ainsi le PS. Bien sûr, la mise en oeuvre de sa suppression par Xavier Darcos est dénoncée pour avoir « aggravé les ségrégations existantes ». Mais, en 2007, l’idée même d’une refonte de la carte scolaire était dénoncée comme une entorse grave à l’égalité. « Il faut dépasser la logique territoriale », admet le PS trois ans plus tard, en voulant créer un « indice de mixité sociale » dans tous les établissements. Quel chemin parcouru ! Même les retours en arrière par rapport aux réformes de la droite traduisent une évolution des esprits. Les IUFM ont-ils été démantelés ? Bruno Julliard veut les « reconstruire ». Mais en introduisant dans la formation des maîtres une « option qui pourrait être l’enseignement d’une deuxième discipline ou la direction d’établissement ». Une évolution déjà prévue par la droite et qui avait provoqué un tollé auprès des syndicats d’enseignants. La capacité du PS à aller jusqu’au bout de cette idée qui vise à favoriser la diversité dans une carrière sera un test.

Tout comme l’accueil global d’un projet où les idées d’autonomie des établissements, de parcours indi-vidualisés des élèves, de définition même du métier d’enseignant, « pour développer d’autres façons d’enseigner », ne sont plus taboues. Sans s’en prendre explicitement au collège unique, le PS admet encore que « tous les élèves n’ont pas besoin du même nombre d’heures de cours ». Claude Allègre ,vilipendé par les siens pour avoir voulu « dégraisser le mammouth », doit sourire…

Mais tout ne va pas dans le même sens. Le PS ressort une vieille lune en proposant d’intégrer les établissements privés dans la future « sectorisation ». En clair, ce serait la fin du libre choix. Un archaïsme idéologique, pour se faire pardonner son aggiornamento ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :