Un retour à l’étalon-or se révélerait « très dangereux et déstabilisant »

Les Echos – 29/11/2010

C’est la Banque de France qui l’affirme. Dans un article publié la semaine passée, elle estime que l’idée d’une réintroduction de l’étalon-or, relancée récemment par le président de la Banque mondiale, est impossible aujourd’hui.

Ce n’est pas parce qu’il y a près de cinquante ans, le général de Gaulle jugeait que l’étalon-or était le seul moyen d’éviter les manipulations politiques de la monnaie et d’empêcher les Etats de céder « aux délices trompeurs de la création monétaire », que la Banque de France (BdF) est favorable aujourd’hui à sa réintroduction.

Alors que des velléités de réforme du système monétaire international ont conduit le mois dernier Robert Zoellick, le président de la Banque mondiale, à prôner un retour à l’étalon-or comme socle d’un système de changes fixes, la BdF a publié la semaine passée un article replaçant ce débat dans son contexte historique et économique. Elle en conclut que même si « le problème posé par l’ancrage des politiques monétaires est réel, l’étalon-or n’offre pas une solution praticable ». Pis, « une réintroduction d’un tel système se révélerait probablement très dangereuse et déstabilisante ». Première raison, « avec l’étalon-or, une économie doit pouvoir absorber sans dommages une contraction de la masse monétaire, ce qui suppose que tous les prix et salaires puissent simultanément baisser. Or, ces derniers sont dans les économies du XXIe siècle beaucoup moins flexibles qu’au XIXe siècle. » Un retour au régime de l’étalon-or se traduirait donc, en cas de baisse des réserves de métal jaune d’une banque centrale, par une baisse de la masse monétaire, puis de la production de biens et de services et enfin par une hausse du chômage. Ce n’est pas tout. « L’étalon-or empêche des ajustements de taux de change parfois nécessaires quand un pays est touché par un choc négatif affectant sa compétitivité. » Plus généralement, ce régime « possède un biais déflationniste ». L’offre mondiale d’or ne parviendrait jamais à suivre la croissance du PIB mondial. « La valeur de l’or détenu par les banques centrales est de l’ordre de 1.300 milliards de dollars, alors que les dépôts bancaires atteignaient 61.000 milliards de dollars en 2008. La mise en place d’un nouvel étalon-or entraînerait un effondrement de la masse monétaire de l’o. » Sauf à réévaluer le cours du métal jaune. Impact négatif sur les cours Le point de vue de la Banque de France n’est pas isolé. L’appel du président de la Banque mondiale en faveur d’un système destiné à succéder à Bretton Woods a été accueilli avec scepticisme par les analystes, même si certains reconnaissent volontiers que le dollar perd de sa pertinence et que l’or peut être considéré comme un substitut à la devise papier. Pour le métal jaune, en tout cas, redevenir la référence pour un système de change aurait un impact négatif sur les cours et la volatilité. « S’il venait à jouer un rôle de stabilisateur ou d’étalon dans les changes, il n’aurait plus de valeur propre et, à long terme, se déprécierait », explique un spécialiste. Ces débats restent sans impact sur la valeur actuelle de l’or. S’il a légèrement corrigé depuis son plus haut en clôture le 9 novembre, à 1.422,75 dollars l’once, le métal jaune cote toujours au-dessus de 1.350 dollars.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :