Quelle transparence veut-on pour les ventes à découvert ?

Les Echos – 09/12/2010

La proposition de régulation des ventes à découvert proposée par la Commission européenne prévoit un mécanisme qui garantirait la transparence de ce marché. Pour Abraham Lioui, professeur de finance à l’Edhec, il faut cependant se demander vers quel type de transparence on doit aller ? « D’aucuns pourraient s’attendre à ce que le but soit de fournir à l’investisseur des informations en temps réel sur la quantité des ventes à découvert. Ce n’est apparemment pas le souci du régulateur. Jusqu’à un certain seuil de détention par rapport au flottant, le régulateur sera le seul au courant de l’activité des vendeurs à découvert qui devront l’en informer. Au-delà d’un certain seuil, le public sera au courant, puisque même l’identité du vendeur à découvert sera dévoilée. » Pour Abraham Lioui, le régulateur en fait donc « pas assez ou en fait trop ».

Ce dont les investisseurs ont besoin, selon lui, c’est la quantité des ventes qui ont été satisfaites grâce à des vendeurs à découvert. « Cette information serait utile dès la première action vendue à découvert et en temps continu. Par ailleurs, si on ne dévoile pas l’identité des gens qui sont longs, pourquoi dévoilerait-on celle des gens qui sont courts ? ». Un autre volet concerne les opérations en relation avec les titres d’Etat. « Dans ce cas, seul le régulateur sera au courant des positions et pourra juger si elles ont un potentiel déstabilisant ou non. Il est loin le pseudo-souci de l’investisseur et de son besoin d’information », estime Abraham Lioui.

Alors, quelle transparence pour les ventes à découvert ? « Dans l’état actuel de la proposition, ce serait une transparence totalement dirigée vers les intérêts du régulateur, puisque lui seul saura les vraies positions. Dévoiler l’identité du vendeur ne sert certainement pas les investisseurs, qui mesurent les effets néfastes potentiels d’une telle mesure. La transparence qui devrait être recherchée est une transparence élémentaire, qui n’existe pas aujourd’hui : savoir le nombre d’actions ou de titres en général vendus à découvert en temps réel. Le régulateur devrait s’y pencher et mettre en oeuvre les moyens qui garantiraient une information à jour et surtout fiable. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :