Dette de la zone euro : un « risque indirect » pour les banques, selon l’agence Fitch

Les Echos

Pour les grandes banques européennes, le défaut de paiement de la Grèce, de l’Irlande ou du Portugal, ne serait pas aussi préjudiciable que les problèmes de financement et de liquidité qui en découleraient, selon Eric Dupont, directeur au sein de l’agence Fitch. « Le risque direct n’est pas si problématique que cela », a-t-il indiqué hier, estimant que les grandes banques européennes ont assez de fonds propres pour absorber un défaut éventuel de ces trois pays. « Le vrai sujet, c’est le risque indirect », selon lui, en référence à un phénomène de contagion au système financier, qui pourrait se traduire par un retour de la défiance des investisseurs vis-à-vis des banques, mais aussi des banques entre elles, provoquant à nouveau « une raréfaction de la liquidité et un renchérissement du coût du financement ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :