BNP Paribas : un point de vue publié dans le ‘Wall Street Journal’ sème le trouble

Finance Plus

Le titre BNP Paribas s’effondre de plus de 10% en matinée à Paris, sur les 23,475 Euros, après que le ‘Wall Street Journal’ eut écrit, sur la foi des commentaires d’un dirigeant de l’établissement, que la banque française n’avait plus accès aux financements en dollars et qu’elle se tournait vers le marché en euros. « Nous créons un marché en euros, c’est une première… nous espérons que cela fonctionnera, sans quoi la spirale baissière sera un vrai enfer. Nous n’inspirerons plus du tout la confiance et personne ne nous prêtera plus », a expliqué cette source, la semaine dernière, au rédacteur de l’article, publié dans la rubrique « Opinion Europe », Nicolas Lecaussin, directeur du développemen t du think-thank libéral Institut de Recherches Economiques et Fiscales. La semaine dernière, la banque de Baudouin Prot avait mis en ligne un document sous forme de « questions réponses » pour tenter de désamorcer les tensions de marché concernant les établissements français. BNP y expliquait notamment que son financement en euro à court terme est « très abondant et provient de sources diversifiées », tout en soulignant que sa liquidité en dollar à court terme était excédentaire. La banque concédait que depuis le mois d’août, elle avait « observé un raccourcissement des maturités disponibles et une légère baisse des montants provenant des fonds monétaires américains », mais signalait aussi que ses sources de financement sont diversifiées. BNP avait aussi rappelé qu’elle « dispose d’une réserve de liquidité considérable », chiffrée à 150 Milliards d’Euros d’actifs disponibles éligibles auprès des banques centrales, dont 30 Mds$ éligibles auprès de la Fed et que son programme de financement 2011 était bouclé depuis le mois de juin. Hier, la banque s’était fendue d’une nouvelle annonce après la spéculation sur une dégradation de sa notation crédit par l’agence Moody’s, rappelant notamment que les décisions de Moody’s concernant les banques françaises « ne sont pas encore connues à ce jour », et que le marché est au courant depuis le mois de juin des intentions de l’agence de notation. L’occasion pour BNP de rappeler que son exposition à la dette souveraine grecque est de 3,5 Milliards d’Euros, après une provision de 0,5 MdE, et qu’elle n’est « pratiquement pas exposée » au secteur bancaire grec. Pour faire bonne mesure, BNP Paribas rappelait aussi avoir dégagé un bénéfice net de 12 MdsE l’année dernière et de 7,4 MdsE au premier semestre 2011. La débâcle boursière des banques françaises, qui apparaissent pourtant parmi les plus solides de la zone euro, a de quoi surprendre, d’autant que des établissements réputés beaucoup plus fr agiles en Europe sont largement moins chahutés. Le ‘WSJ’ rappelle d’ailleurs dans son article que des rumeurs de nationalisation ont d’ailleurs circulé récemment, signe du manque de sérénité qui règne actuellement dans le milieu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :