La France a besoin d’un véritable choc entrepreneurial

Laurent Faibis est président de l’institut d’études économiques Xerfi

Pour faire rebondir notre économie, il n’y a bien sûr pas de remède miracle. Mais pour échapper à la soumission et au déclin, la France a besoin d’une série d’électrochocs. Je voudrais ici en évoquer quelques-uns. Nous avons indéniablement besoin d’un choc industriel : une nouvelle politique industrielle est indispensable. Elle doit se focaliser sur le soutien de l’offre. Elle doit mettre l’accent sur la stimulation de réseaux d’entreprises moyennes. Il faut, par ailleurs, se débarrasser de l’idéologie d’une société postindustrielle qui nous a menés tout droit vers une France sans usines. Il faut, au contraire, comprendre que production matérielle et production de services seront de plus en plus imbriquées pour créer des biens de qualité, plus haut de gamme et compétitifs. L’industrie compétitive du futur sera une industrie « servicielle » avec des usines automatisées sur le territoire.

Dans l’industrie comme dans les autres secteurs, nous avons besoin d’un choc en faveur des entreprises de taille moyenne et intermédiaire. Notre tissu d’entreprises de taille moyenne est l’un des plus faibles d’Europe. C’est l’une des principales causes de notre chômage structurel. Il n’est pas normal que la croissance et la création d’emplois soient en France une course d’obstacles fiscaux, sociaux et administratifs. Il faut créer un crédit d’impôt innovation tourné vers les préoccupations spécifiques des sociétés de taille moyenne.

Nous avons besoin d’un choc des technologies numériques et de l’automatisation. Il ne peut pas y avoir de croissance à long terme et d’amélioration de notre compétitivité sans gain de productivité. L’accélération de la mondialisation n’aurait pas été possible sans l’informatisation et Internet. Nos grandes entreprises ont trop souvent préféré substituer du travail au capital, en délocalisant. Il faut retrouver le sens de l’histoire et rebâtir notre compétitivité sur un investissement sans précédent dans les technologies qui permettent de gagner en productivité.

Nous avons surtout besoin d’un choc entrepreneurial. Pas d’emploi sans entreprise, pas d’entreprise sans entrepreneur. Je voudrais insister ici sur l’impératif d’une révolution culturelle. La société française doit apprendre à valoriser l’entrepreneur, celui qui crée, celui qui innove, celui qui développe, celui qui se bat pour la pérennité de son entreprise. Nos élites se détournent trop de la recherche, de l’innovation, de la créativité. Nos élites ont une aversion au risque et stigmatisent l’échec, alors que, sous d’autres cieux, le risque et l’échec sont les conditions de l’expérience. Est-il normal que moins de 5 % des diplômés des très grandes écoles créent un jour une entreprise ? Et encore, combien de ces entreprises sont revendues, souvent à des groupes étrangers, dès le point mort atteint ?

Mais notre déficit le plus grave n’est pas celui des finances publiques, c’est notre déficit de stratégie. Or, nous n’avons plus de lieu où élaborer une réflexion, renforcer la cohésion nationale, définir des priorités. Il nous faut un commissariat général à la stratégie pour définir les objectifs majeurs et les moyens à mettre en oeuvre, pour évaluer les performances, éclairer la décision politique et l’opinion dans le sens de l’intérêt national.

Il ne manque pas de secteurs où nous avons toutes les technologies et les savoir-faire pour réussir. Ce qui nous manque est une stratégie de reconquête qui mette en oeuvre les conditions favorables au développement des entreprises. Mais ce qui nous fait le plus cruellement défaut est une meilleure valorisation culturelle de l’audace des vrais entrepreneurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :