Dominique Carrel-Billiard (Axa IM) : « Les investisseurs vont progressivement croire à une résolution de la crise »

Les Echos – DOMINIQUE CARREL-BILLIARD DIRECTEUR GÉNÉRAL D’AXA INVESTMENT MANAGERS

AXA IM est le plus gros détenteur d’emprunts d’Etat français. La perte du AAA est-elle problématique ?

Non, car les conséquences de cette dégradation seront limitées. L’expérience la plus récente que l’on ait, c’est la perte du AAA américain. Or que s’est-il passé sur les marchés après cette sanction ? Presque rien. Au contraire, les investisseurs ont même augmenté leur exposition à la dette américaine en raison des tensions générales sur les marchés, et les taux des Etats-Unis sont partis à la baisse. Mon pari, c’est que la perte du AAA français sera un non-événement pour les marchés.

La France n’est pas la seule sanctionnée. Les dégradations d’autres pays – Espagne, Italie, etc. -vous inquiètent-elles ?

C’est difficile à dire. Dans la phase actuelle, il est très complexe de décrypter l’environnement et le marché. Il y a beaucoup de signaux contradictoires. Il faut faire la part de ce qui relève du « bruit » des marchés et des aspects plus fondamentaux. En réalité, depuis quarante ans, nous n’avons cessé d’accumuler les déséquilibres : déséquilibres monétaires après la fin du système de l’étalon-or, déséquilibres des balances de paiement, déséquilibres des finances publiques. Cela a donné lieu, à intervalles réguliers, à des crises financières : 1987, 1992, 1997-1998, 2001, puis la crise actuelle, qui n’est pas terminée. 2011 a été marquée par le tremblement de terre de Fukushima et la cristallisation de la crise européenne, qui ont donné un coup d’arrêt brutal à la reprise qui se profilait. Nous sommes clairement dans une période de ralentissement économique et, si la crise de la zone euro s’aggrave, on peut avoir une réaction en chaîne très négative. Mais ce n’est pas notre scénario central.

Pour quelles raisons ?

Avant Noël, tous les discours étaient catastrophistes. Puis, tout à coup, en ce début d’année, les marchés se sont remis à y croire parce que l’Espagne et l’Italie ont réussi leurs émissions, parce que les premiers pas de Mario Draghi ont été bien accueillis. Il ne faut pas passer d’un excès à un autre, du pessimisme le plus noir à l’angélisme béat. Les déséquilibres accumulés depuis des années sont profonds. Cela créera encore de la volatilité et de la versatilité dans les marchés. Nous évaluons à six à neuf mois cette période pendant laquelle les investisseurs se méfieront des actifs risqués. Mais notre scénario central, c’est que les marchés vont progressivement croire à une résolution de la crise de la zone euro. Toutes les parties, dirigeants politiques, citoyens, autorités monétaires, investisseurs privés, régulateurs, etc. ont un intérêt personnel et collectif à ce que la crise soit résolue. Et ils vont finir par aligner leurs intérêts.

Vous ne croyez donc pas à une aggravation de la crise européenne ?

Il me semble que la Grèce est un sujet désormais bien à part. Qu’elle sorte ou non de la zone euro, elle ne mettra pas en déséquilibre l’ensemble de la région. Le sujet majeur, pour moi, est celui de l’Italie. Combien de temps ce pays va-t-il pouvoir se financer à 7 % ? Combien de temps vont-ils réussir leurs émissions ? Personnellement, je ne crois pas à une catastrophe. L’écart de taux actuel entre l’Allemagne et l’Italie – 500 points de base -fait apparaître un risque de défaut de 15 à 20 %. C’est très exagéré. Notre scénario est celui d’une amélioration à un horizon d’un an. Les Européens vont signer le nouveau traité, les finances publiques vont se stabiliser, la BCE va continuer d’agir…

Les plans de rigueur ne risquent-ils pas d’étouffer la croissance ?

Le grand enjeu des Européens, effectivement, sera d’obtenir le soutien des opinions publiques aux efforts qu’on leur demande de consentir. Mais la majorité des gens savent qu’ils n’ont rien à gagner à une sortie de la zone euro. Regarder le gouffre de près, cela ne donne pas envie d’y tomber.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :