Nous, agences de notation, ne faisons que notre métier

Les Echos – Yann Le Pallec est responsable Europe chez Standard & Poor’s

Les périodes de crise sont propices à la mise en cause des agences de notation. Cette époque agitée, où l’endettement des Etats et des acteurs économiques est devenu un souci majeur, leur vaut des attaques particulièrement violentes, parfois irrationnelles.Il se peut que certains utilisent la notation à mauvais escient ou à des fins de court terme. Les agences en sont-elles responsables, alors qu’elles fournissent un outil d’évaluation à moyen et long terme ? De la même manière, faut-il leur reprocher de ne pas être plus nombreuses dans le métier de l’évaluation du risque de crédit, ou leur attribuer la décision de certaines institutions financières de ne pas investir dans des équipes internes dédiées à cette analyse ? Enfin, sont-elles à l’origine d’une influence jugée excessive, quand les régulateurs eux-mêmes ont imposé la référence aux notations ?

Les procès qui nous sont faits sont injustifiés. Les agences sont un des rouages des marchés financiers, qui facilite l’accès au financement sur les marchés de capitaux. La contraction des marchés actions, la raréfaction des financements bancaires, font qu’il est aujourd’hui essentiel pour certains acteurs économiques de pouvoir se financer directement sur le marché. Rappelons qu’en Europe, le montant du marché obligataire est deux fois plus important que celui des marchés actions, ce qui en fait un élément indispensable de la politique de financement des entreprises et des Etats.

Notre métier consiste en réalité à analyser la solvabilité des emprunteurs (entreprises, collectivités locales, Etats, etc.) afin de fournir un indicateur aux prêteurs sur leur chance d’être remboursés. Les investisseurs, qui gèrent et placent l’épargne des particuliers et des entreprises disposent ainsi d’un outil technique supplémentaire pour apprécier le risque de crédit de différents émetteurs ou émissions obligataires et de les comparer entre eux.

Nos clients sont les emprunteurs qui, pour lever des capitaux sur le marché, ont choisi la notation pour offrir aux prêteurs une appréciation indépendante de leur risque de crédit par un tiers reconnu.

Nos évaluations reposent sur les données financières propres aux entreprises ou aux collectivités, mais aussi sur les variations attendues des cycles économiques et l’impact éventuel d’évènements prévisibles.

La dette des Etats fait l’objet d’une analyse similaire, à laquelle s’ajoutent des critères spécifiques comme le cadre institutionnel, la stabilité monétaire ou encore le poids global de la dette. Celui-ci regroupe l’endettement public actuel ainsi que les engagements sur l’avenir (les dépenses de santé, de retraites, etc.)

Une note n’est ni fixe ni définitive. Elle est suivie en continu par les analystes de l’agence et peut évoluer avec le temps. La qualité du crédit, en effet, s’apprécie de manière prospective, généralement pour les 3 à 5 années à venir. Statistiquement, plus la note est élevée et plus les cas de non-remboursement sont rares et éloignés dans le temps. Par exemple, depuis 1975, aucun pays noté AAA, AA ou A n’a fait défaut dans les quinze ans suivant l’obtention d’une de ces notes.

La notation est un indicateur. Sa modification n’affecte pas systématiquement les taux du marché, les investisseurs tenant compte de nombreux autres paramètres. Les Etats-Unis cet été, la France ou l’Espagne plus récemment, en sont une illustration. Nous ne sommes donc ni des oracles ni des acteurs de l’ombre du monde financier. Nos décisions ne sont prises qu’en fonction de critères qui ont trait à la capacité de faire face à ses dettes. Ces critères sont publics, et largement diffusés.

C’est une erreur de croire que nos avis sont déterminants et que nous entendons peser d’une manière ou d’une autre sur la politique budgétaire d’un pays. La réalité est que nous comparons des milliers d’emprunteurs à travers le monde, issus de secteurs très variés, afin d’éclairer les prêteurs. Voilà notre seul rôle, depuis 150 ans pour Standard & Poor’s : accomplir notre travail d’analyse et d’information le plus objectivement et le plus rigoureusement possible. C’est ce sérieux, et lui seul, qui explique notre pérennité.

Stigmatiser sans relâche les agences de notation ou leurs analystes, c’est se tromper de cible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :