L’ampleur du désastre économique s’accroît en Grèce

Les Echos

La Grèce est au plus mal. Les impayés du secteur public et du secteur privé se multiplient. L’excédent primaire de l’Etat central a cédé la place à un déficit en avril. Le PIB est en forte chute.

Environ 120 millions d’euros. C’est la somme que Depa, la société grecque nationalisée de distribution de gaz, doit trouver le 22 juin au plus tard sous peine de voir les robinets de gaz naturel de son fournisseur russe Gazprom se fermer d’un seul coup. L’argent que Depa a dans ses caisses ne suffit pas à régler cette modeste facture. Pourquoi Depa est si mal en point ? La réponse est simple : les producteurs grecs d’électricité auxquels le groupe fournit le gaz n’ont pas payé leurs achats. Depa négocie actuellement avec un consortium de banques privées locales l’octroi d’une nouvelle ligne de crédit.

La situation de la santé publique est encore plus alarmante. Depuis le début du mois, les fournisseurs de six grands hôpitaux publics (Evangelismos, G. Gennimata, Sotiria and Attikon dans la capitale ainsi que les deux principales structures hospitalières de Rhodes et d’Alexandropolis, en Macédoine orientale), ont cessé de livrer les commandes en l’attente de règlements de factures pour 150 millions d’euros. Les pharmaciens n’octroient plus de crédits à leurs clients affiliés à l’Eopyy (l’assurance-maladie la plus répandue en Grèce) dans l’attente que celle-ci paye 752 millions d’arriérés. Le 5 juin, un accord a été trouvé pour reprendre les ventes à crédit de traitements anticancéreux. L’Etat a promis de verser 310 millions d’euros à l’Eopyy d’ici au 17 juin, le jour des prochaines élections anticipées. Le système national de sécurité sociale, l’IKA qui paye entre autres les retraites, est à la recherche de 1,4 milliard d’ici à la fin de l’année.

Le secteur touristique flanche

Les impayés se répandent aussi dans le secteur privé. Entre 400.000 et 500.000 salariés d’entreprises privées n’ont pas reçu leur salaire durant au moins trois mois, affirme l’Inspection centrale du travail. Au moins un tiers des PME, la colonne vertébrale de la structure productive grecque, payent en retard leurs fournisseurs, a établi une enquête menée en janvier par la Confédération hellénique des professions libérales, des artisans et des commerçants. Tout le monde est dans l’expectative des élections et de l’éventuelle sortie de la Grèce de l’euro.

Au niveau de l’Etat, les choses vont de mal en pis. Les revenus de l’Etat ont chuté de 10 % en mai relativement au même mois de 2011. On attendait une baisse de 20 %, se console le gouvernement intérimaire… L’excédent primaire de 2,3 milliards d’euros si difficilement obtenu dans les trois premiers mois de l’année a entièrement fondu en avril pour laisser la place à un déficit primaire de 1,7 milliard. Les dépenses publiques (hors versement d’intérêts) ont crû de 4,7 milliards d’euros en avril alors que l’impôt collecté s’est chiffré à 3,3 milliards. Pourtant, les limiers du fisc ont intensifié leur chasse aux fraudeurs fiscaux. Au 31 mai, 500 d’entre eux ont fini sous les verrous. Chaque jour, une dizaine d’entre eux tombent. L’aggravation de la situation est de plus en plus le fait de la crise économique. Vendredi, l’Institut national de statistiques Elstat a annoncé que le PIB du pays a dégringolé de 6,5 % au premier trimestre par rapport à l’an dernier. Le chômage a frisé les 22 % de la population active en mars. Près de 53 % des jeunes de 16 et 24 ans sont sans travail. L’espoir que la saison touristique qui s’ouvre vienne au secours d’une économie agonisante s’amenuise. L’Association des entreprises de tourisme (SETE) vient d’annoncer que le chiffre d’affaires du secteur pourrait diminuer de 15 % cette année. Or, cette activité emploie un Grec sur cinq et apporte 15 % du PIB.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :