L’Inde ou le règne de l’immobilisme politique

Les Echos

Au lendemain du cataclysme énergétique qui a touché plus de 680 millions de personnes dans le nord et l’est de l’Inde, la presse nationale n’épargnait pas les autorités. « L’Inde superpuissance. Repose en paix », titre « The Economic Times », qui enterre à jamais les ambitions du pays. « The Times of India » déclare le pays « sans courant, sans idées ». Dans son éditorial, le quotidien revient sur ces deux jours de chaos qui ont souligné le fossé entre les aspirations économiques d’un pays qui se rêve en superpuissance et ses problèmes structurels. Face à « l’incompétence du gouvernement fédéral », le quotidien évoque cinq pistes de réflexion, dont « le recrutement de régulateurs compétents en remplacement des actuels fonctionnaires à la retraite ».

Autre piste, celle de l’Etat de Gujarat, situé à l’ouest du pays. Le quotidien salue le volontarisme de cet Etat, surnommé « l’Eldorado solaire de l’Inde », qui voit dans le développement des énergies renouvelables une occasion de renforcer son attractivité. « En construisant un réseau parallèle plus fiable mais plus onéreux, l’Etat de Gujarat n’est pas touché par les coupures de courant quasi quotidiennes dans tout le sous-continent », rapporte le journal. Les industriels affichent également leur amertume. « Le préjudice subi par les petites et grandes entreprises des régions touchées est estimé à plusieurs milliards de roupies [des centaines de millions d’euros]. » « The Times of India » ne manque pas d’ironiser sur le miniremaniement ministériel annoncé « à la lueur des bougies ». Mardi, Sushilkumar Shinde, le ministre de l’Energie, s’était vu attribuer le portefeuille de l’Intérieur. « C’est comme changer le capitaine du « Titanic » après avoir heurté un iceberg. » Un jeu de chaises musicales qui interpelle : « Peu importe le capitaine, le résultat sera le même  » ironise « The Times of India ». Au lieu de s’imposer comme une locomotive économique, l’immobilisme politique est de mise depuis plus d’un an et demi en Inde. « Un consensus national est-il aujourd’hui envisageable, ou devons nous attendre d’autres pannes de cette ampleur pour faire réagir le gouvernement ? » conclut le journal.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :