Discours d’avant, réalités d’après

Les Echos

Plus les campagnes électorales sont âpres, plus les débuts sont difficiles pour le président élu, parce que l’escalade des projets et contre-projets a conduit les candidats à formuler des engagements de plus en plus hasardeux. Les semaines qui ont précédé la trêve estivale ont sans doute permis à François Hollande de mesurer la distance entre l’utopique et le réalisable. Sur quelques affaires symboliques, on a vu se dérouler un scénario en trois temps : l’assaut, le heurt avec les réalités, la recherche du compromis. Par exemple à propos du contrat passé par le STIF, l’organisme qui gère les transports publics franciliens, avec une société marocaine pour la création d’un centre d’appels : montant à l’assaut contre les délocalisations, le hussard Montebourg veut le faire dénoncer. Mais le mur des réalités comporte, pour ainsi dire, trois épaisseurs : la résistance de Jean-Paul Huchon, président socialiste de la région Ile-de-France, le Code des marchés publics et les relations de la France avec le Maroc. Expert en compromis, François Hollande déclare que le marché du STIF respecte les règles, mais que les responsables publics devront à l’avenir être « attentifs » à l’emploi en France… Autre exemple, la taxation à 75 % de la tranche de revenus excédant 1 million d’euros par an : conscient de l’effet de cette mesure sur « l’initiative économique », le ministre du Budget Jérôme Cahuzac propose d’en exclure les titulaires de revenus « aléatoires », au nombre desquels il range les « chefs d’entreprise »… Beau débat en perspective pour définir la frontière entre le vertueux patron preneur de risques et le dirigeant de grande entreprise aux revenus indexés sur les résultats. Même scénario dans l’affaire PSA : les diatribes contre les « licenciements boursiers » n’empêcheront pas la fermeture du site d’Aulnay. Il ne faut pourtant pas surestimer les conséquences politiques de ces décalages entre les discours d’avant et la réalité d’après : les Français, dans l’ensemble, ne se font plus guère d’illusions sur la marge d’action du pouvoir.

 

 

 

Un commentaire pour Discours d’avant, réalités d’après

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :