Sur l’île d’Hydra, un contrôle fiscal déclenche des émeutes

Le Figaro

La brigade de la haute délinquance financière a voulu contrôler un restaurateur de bord de mer soupçonné de ne pas émettre de factures à ses clients.

Et si les fraudeurs fiscaux faisaient leur révolution? La question pourrait paraître saugrenue au moment où la Grèce tente d’assainir ses comptes. Sauf à Hydra. Depuis quelques jours, rien ne va plus sur cette petite île renommée du golfe Saronique.

Des habitants de l'île d'Hydra ont attaqué des inspecteurs du fisc qui avaient interpellé le week-end dernier un restaurateur.

Tout a commencé vendredi soir, quand la brigade de la haute délinquance financière a voulu contrôler un restaurateur de bord de mer soupçonné de ne pas émettre de factures à ses clients. Le gérant des lieux a refusé de s’exécuter, affirmant qu’il comptait le faire par la suite tout en insultant copieusement les «Rambo de l’impôt». Interpellé et transféré au commissariat, le restaurateur est devenu un symbole sur l’île. Pour le soutenir, nombre de commerçants ont non seulement établi un barrage devant le poste de police mais en prime interrompu le trafic des bateaux pour Athènes, afin d’empêcher son transfert vers la capitale. Ils ont même réussi à couper l’approvisionnement en courant et en eau du poste de police pendant toute la nuit. L’État a dû dépêcher des unités de brigade antiémeute d’Athènes en renfort. Elles sont arrivées à bon port, grâce à des navettes de la marine grecque, mais de légères échauffourées ont éclaté avec des habitants de l’île.

Hausse de la TVA

Aussi ubuesque que cela puisse paraître, les contrôleurs fiscaux continuent leurs inspections depuis le début de la semaine escortés par des CRS et policiers, sous les huées des Hydriotes et… le regard amusé des touristes! Car, bien qu’anecdotique, l’incident a valeur de symbole dans un pays où l’on estime le manque à gagner pour l’État dû à l’évasion fiscale à plus de 30 milliards d’euros par an.

Pour Vassilis Daskalopoulos, analyste politique, cette histoire est caractéristique du problème de changement des mentalités des Grecs auquel est confronté le gouvernement. «Certes, même pendant l’occupation ottomane, l’île d’Hydra a toujours résisté à payer l’impôt, mais cet exemple montre à quel point l’inexistence d’un réel mécanisme étatique peut être dangereuse. C’est un cercle vicieux: les petits reprochent à l’État de ne pas attraper les gros poissons. Mais il faut bien commencer quelque part, sinon personne n’y arrivera», explique-t-il.

La lutte contre l’évasion fiscale fait partie des engagements du gouvernement grec envers ses créanciers publics. Or nombre de commerçants exaspérés s’insurgent contre la hausse de la TVA intervenue à deux reprises depuis 2010. Certains experts dénoncent l’explosion de l’activité non déclarée du fait de l’augmentation du coût du travail depuis le début de la mise sous tutelle du pays. «Le combat contre la fraude fiscale ne doit pas commencer par des factures de 2 euros non délivrées par des propriétaires de restaurants dans les toutes petites îles comme Kimolos, Nisyros ou Hydra, estime Nikos Frantzis, éditorialiste économique au quotidien Naftemporiki.La lutte commence avec ce qu’aucun inspecteur du fisc n’a jamais osé faire: l’État grec refuse toujours d’élaborer une base de données comparative qui puisse permettre de constater immédiatement si le niveau de vie ou la fortune d’un citoyen correspond bien à ses revenus déclarés.»

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :