Des fonds de pension néerlandais pris au piège de la chute de la valeur

Les Echos

Les plus grosses institutions de retraite des Pays-Bas accu-sent des millions de dollars de pertes latentes après l’introduction en Bourse ratée de Facebook.

Pris dans la débâcle boursière de Facebook, les fonds de pension néerlandais les plus en vue accusent des millions d’euros de pertes latentes dans leurs comptes, trois mois après l’introduction à la Bourse de New York du plus célèbre réseau social sur Internet. Emboîtant le pas aux investisseurs privés dans la ruée pour acquérir des actions Facebook, alors que leur santé financière exigeait la plus grande prudence, ces investisseurs institutionnels (ou « zinzins ») ont acheté pour des dizaines de millions de dollars de titres de cette société, qui s’est fait coter en Bourse en mai dernier. Sachant que le cours de l’action Facebook s’est même brièvement échangé sous la barre des 19 dollars, soit la moitié de son prix d’introduction sur le Nasdaq le 18 mai, la facture risque d’être particulièrement lourde pour les deux grands fonds de pension du royaume.ABP, l’institution de retraite de 2,8 millions de fonctionnaires et d’enseignants (208 milliards d’euros d’actifs gérés), a ainsi dépensé 12,56 millions de dollars pour acquérir 330.500 actions Facebook, qui aujourd’hui ne valent plus que quelque 6,3 millions de dollars.

De son côté, PGGM, le fonds de pension des personnels de santé (2,4 millions d’adhérents et 102,9 milliards d’euros d’actifs gérés), a acheté un portefeuille de 310.000 actions, qui s’est déprécié de 6 millions d’euros.

Le titre Facebook a été particulièrement chahuté ces derniers jours après la fin, jeudi dernier, d’une période de blocage (« lock-up ») durant laquelle les actionnaires historiques du réseau ne pouvaient vendre leurs parts. La baisse du cours intervient au plus mauvais moment pour les fonds de pension des Pays-Bas. Au cours du premier semestre, les principales institutions de retraite néerlandaises avaient une nouvelle fois présenté des taux de couverture de leurs engagements inférieurs aux seuils exigés par la banque centrale néerlandaise. Une situation critique au point d’évoquer une baisse généralisée des retraites aux Pays-Bas dès le printemps 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :