Ayrault courtise les entreprises, le Medef est « dans l’expectative »

Les Echos

Le Premier ministre a salué, en ouverture de l’université d’été du Medef, hier, « la France qui entreprend ». Mais il n’a pas donné de précisions sur les mesures fiscales redoutées par les entreprises.

Une opération de charme. C’est ce qu’était venu faire hier le Premier ministre vis-à-vis des patrons, à l’occasion de l’ouverture de l’université d’été du Medef. « C’est dans un esprit d’ouverture et de confiance que je viens devant vous », a-t-il prévenu. Avant d’ajouter : « La France qui entreprend, c’est la condition de la croissance et de l’emploi. » Pour ceux qui n’auraient pas encore compris, il a insisté sur sa volonté de « mettre l’entreprise au centre de notre politique économique ». De quoi mettre du baume au coeur à ce parterre de 4.000 chefs d’entreprise et représentants des Medef territoriaux et des fédérations professionnelles venus l’écouter, et qui l’ont d’ailleurs poliment applaudi. Mais ce n’est pas tout. « J’espère vous éclairer utilement sur la stratégie du gouvernement », a indiqué au début de son discours Jean-Marc Ayrault. Sur ce point, le public est sûrement resté sur sa faim. Car le Premier ministre n’a rien dévoilé des projets de réforme fiscale que prépare le gouvernement. Pas un mot sur l’ISF PME, ni sur les 75 % d’imposition sur le revenu au-delà de 1 million d’euros. Rien sur la limitation de la déductibilité des intérêts d’emprunt en cas de rachat d’entreprise – un sujet en apparence technique mais redouté par les grands groupes -ni même sur l’évolution des prélèvements obligatoires. Certes, les arbitrages sont en cours sur l’ensemble de ces sujets, a justifié Jean-Marc Ayrault, mais il n’a rien laissé paraître de ce qui pourrait en sortir. « Il n’y a pas de sujets tabous », s’est-il exclamé. Son discours était pourtant la preuve du contraire.

« Sécurisation de l’emploi »

Tout juste a-t-il concédé que « le financement de la protection sociale ne doit plus peser aussi fortement sur le travail », en étant « plus favorable à la compétitivité des entreprises ». Le Haut Conseil du financement de la protection sociale, annoncé par Nicolas Sarkozy mais jamais créé, sera réuni en septembre pour des décisions gouvernementales début 2013, ce qu’il avait déjà indiqué.

Et s’il a fait l’apologie du dialogue social, en souhaitant que la négociation sur l’emploi « s’engage très vite pour nous permettre de finaliser un projet avant la fin de l’année », le Premier ministre n’a pas prononcé le mot tant attendu par Laurence Parisot de « flexibilité ». Il a en revanche à plusieurs reprises parlé de « sécurisation de l’emploi ».

« On a tort de se faire peur avec des mots », a regretté la présidente du Medef après l’intervention du Premier ministre. « Nous acceptons le concept de sécurisation de l’emploi défendu par nos partenaires. Il est indispensable qu’ils acceptent aussi le nôtre », a-t-elle ajouté. La réponse figurera dans le document d’orientation que le gouvernement rendra public mi-septembre, un calendrier confirmé par Jean-Marc Ayrault hier.

Dans l’ensemble, les chefs d’entreprise présents sur le campus ont regretté que le chef du gouvernement ne soit pas sorti d’un discours très général sur la compétitivité de la France. Un sentiment que la présidente du Medef a résumé sobrement : « Nous sommes dans l’expectative. » Soucieuse toutefois de ne pas refroidir le climat de relative bonne entente qui s’est instauré depuis fin juillet avec l’exécutif, elle a précisé, au sujet du discours d’ouverture : « Les orientations sont les bonnes. Il faut que les mesures du budget 2013 viennent matérialiser ces orientations. Tout sera beaucoup plus clair en octobre. » C’est tout ce que l’on peut souhaiter aux partenaires sociaux.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :