Chine: Hausse de l’inflation en Aout et dynamique toujours modérée de l’activité

Philippe Waetcher

L’inflation  en Chine a rebondi en Août passant de 1.8% en juillet à 2%. La hausse des prix alimentaires n’est pas compensée par le repli des autres prix. Celui ci traduit l’absence de tensions sur l’appareil productif.

La question pour la politique monétaire  est alors la suivant :

Quelle doit être la politique monétaire si l’on considère que la hausse des prix alimentaires ne va pas s’infléchir et que l’activité ne s’accélèrera pas rapidement. (généralement si la hausse du prix des matières premières est perçue comme temporaire, la politique monétaire se cale sur le reste de l’économie. La difficulté est que la hausse n’est pas a priori temporaire et que l’activité reste faible)

La hausse du taux d’inflation reflète la pression des prix alimentaires. L’indice de ces prix augmente de 3.4% en août contre 2.4% en juillet. On perçoit cette hausse sur le Graphique 1. Dans le même temps, les tensions sur l’activité sont plus réduites et la variation sur un an de l’indice des prix non alimentaires continue de ralentir.

 Cette absence de tensions s’observe par le ralentissement continue de l’investissement. Dans le graphique 2 ce mouvement est clairement perceptible avec une progression de 20.2% de l’investissement contre 20.4% en juillet. L’économie s’ajuste après une période de sur-investissement. L’impact global est fort puisque l’investissement représente 50% du PIB chinois. On notera cependant que dans le secteur immobilier, il y a peut être un début de stabilisation. Les achats de terrains à construire sont repartis à la hausse et les mises en chantier apparaissent plus robustes. Ce pourrait être une source d’amélioration à terme.

La production industrielle continue de ralentir. Sa progression annuelle s’est inscrite à 8.9% en Août contre 9.2% en juillet.  (souvent un bon signal sur le profil du PIB) Les ventes de détail en volume progressent de 12.1% contre 12.2 % en juillet. Les données d’activité en Chine, en phase avec l’analyse des indices PMI en début de semaine, continuent de ralentir. Cela ne crée pas d’impulsion sur le commerce mondial pénalisant les exportations des pays les plus sensibles à l’Asie (Allemagne par exemple).

En matière de politique économique, le dilemme pour la banque centrale de Chine est majeur entre un risque de voir le taux d’inflation repartir à la hausse parce que les prix alimentaires vont rester forts et une activité plus limitée ne créant pas de tensions sur l’appareil productif. La solution pourrait provenir du gouvernement chinois qui a décidé de mettre en œuvre une politique de relance par l’investissement d’infrastructure et redonnerait ainsi une impulsion à la croissance. Dans la dynamique de l’investissement, l’immobilier et l’investissement productif ont ralenti ces derniers mois alors que celui lié aux infrastructures a augmenté. C’est cet aspect que le gouvernement veut accentuer en construisant des routes, des ports, des aéroports ou encore des infrastructures ferroviaires.

Ce projet de 1 000 Mds de Yuans (2.1% du PIB 2011)  permettrait de soutenir l’activité et la demande fragile de l’économie chinoise. Si cela peut permettre de stabiliser la croissance il y aura probablement un effet induit assez fort sur le prix des matières premières.

Graphique 1

Graphique 2

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :