Le trading haute fréquence sert moins à spéculer qu’à apporter de la liquidité

Ls Echos

L’essentiel de l’activité des traders haute fréquence consiste à fournir de la liquidité aux marchés plus qu’à spéculer. Ce qui complique une réglementation globale.

 

Le trading haute fréquence sert moins à spéculer qu\'à apporter de la liquidité

L’activité essentielle des traders haute fréquence (THF) n’est pas de nature spéculative, mais relève davantage du service public à destination des investisseurs, à savoir leur fournir de la liquidité ! C’est la conclusion d’une étude récente (1) qui porte sur les grandes valeurs cotées sur le marché Nasdaq OMX à Stockholm.

Les THF peuvent en effet se ranger dans deux catégories : des teneurs de marché qui se portent contrepartie des achats et des ventes des investisseurs et leur apportent de la liquidité, et des automates spéculateurs qualifiés de « prédateurs ». Ces derniers parient sur la direction des marchés actions, de manière rapide, structurée en analysant en temps réel toutes les informations disponibles, l’évolution du carnet d’ordres et les actions des autres opérateurs. Rien ne leur échappe, ce qui complique la tâche des traders en chair et en os, qui peuvent être dès lors éjectés du marché par ces machines.

Entre août 2011 et février 2012, la tenue de marché a représenté entre les deux tiers et les trois quarts de l’activité et des ordres de tous les THF sur le marché Nasdaq OMX, loin devant la spéculation informatisée ultrarapide, dont le poids est marginal dans les volumes. Ces résultats sont confirmés par une autre étude (2) portant sur les marchés japonais et britannique, qui conclut que « les THF sont principalement engagés, de manière opportuniste, dans de la fourniture de liquidité plus que dans des stratégies de « prédateurs » ».

Course effrénée à la vitesse

Les THF, qui sont teneurs de marché, sont plus rapides que leurs homologues qui sont de purs traders : leurs ordres mettent en moyenne 0,1 milliseconde avant d’arriver sur le marché. Pour se porter contrepartie des ordres des investisseurs et dégager un petit profit, il faut être sûr de pouvoir trouver avant tous les autres les actions à acheter ou à vendre et aux cours les plus avantageux. C’est ce qui explique leur course effrénée à la vitesse, qui continue de progresser, et leur tendance à investir massivement et de manière continue dans la technologie. De quoi créer des barrières à l’entrée et renforcer la concentration de ce secteur. Ce sont aussi les teneurs de marché qui annulent le plus d’ordres, jusqu’à deux fois et demie plus que les THF qui spéculent.

«  Une réglementation qui ciblerait sans discrimination tous les THF affecterait essentiellement les teneurs de marché et aurait des effets néfastes. Ainsi, limiter le nombre d’ordres qu’ils peuvent passer ou leur imposer une durée de vie minimale se traduirait par une baisse de la liquidité préjudiciable à tous », avertissent les chercheurs. Prédateurs ou « amis », les traders haute fréquence font plutôt baisser la volatilité journalière grâce à leurs interventions. Ils sont devenus des maillons essentiels du fonctionnement des marchés. Ils représentent autour de la moitié des volumes de transactions sur les actions américaines ou les contrats à terme traités sur les marchés organisés (tous produits confondus). Leur part de marché est de l’ordre de 40 % sur les devises et 17 % sur les obligations. Les marchés sont des jeux de mikado complexes où retirer une seule pièce peut créer de fortes perturbations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :